Pourquoi les parents mentent parfois à leurs enfants ?

Pour une bonne cause, parfois les parents se permettent de mentir aux enfants dans le but d’atteindre un objectif précis. Mais, quel mensonge peut-on se permettre aux enfants sans altérer leur degré de confiance vis-à-vis des parents ? Dans cet article, nous allons aborder certaines raisons qui poussent les géniteurs à glisser la vérité aux enfants.

Pourquoi les gens mentent-ils ?

Choisir de biaiser que de dire les choses telles quelles sont, est devenu monnaie courante pour de multiples raisons. En effet, déjà à 3 ans, les enfants commencent à mentir. Et ce, dès lors qu’ils comprennent qu’il est parfois efficace de le faire pour se tirer d’affaire. L’évidence est que le mensonge en lui-même a beau être connoté péjorativement. Pourtant, le mensonge permet de sortir quelqu’un d’une situation désagréable d’une part.

A lire en complément : Mobilité et accessibilité pour les seniors en ville : enjeux et solutions pour une meilleure qualité de vie

Et d’autre part, de se sortir soi-même d’une situation dégoutante. De ce fait, il permet de couvrir ou de protéger un proche ou de se couvrir soi-même. Par ailleurs, selon les psychologues, le mensonge se justifie par cinq bonnes raisons. La valorisation de son image et le fait d’éviter les conflits en font partir. Aussi, on note l’intérêt de persuader quelqu’un afin d’en tirer profit. Pour finir, la dissimulation d’un manquement et ne pas peiner son interlocuteur.

Lire également : Guide complet sur les cristaux dans les oreilles

Une étude menée sur les causes d’un mensonge il y a quelques années montre que : 60 % de plus de 200 personnes mentent au moins 2 fois en 10 min. À l’issue, il ressort que les hommes cherchent à améliorer leur image. Tandis que les femmes inventent généralement des mensonges altruistes.

Mensonge aux enfants : quelques raisons des parents

Si le mensonge permet de sauver parfois sa tête, qu’en est-il des parents ? Là encore, il y a plusieurs motifs ou raisons qui sous-tendent cette attitude. Juste pour atteindre un but, une bonne cause.

Berner les enfants pour qu’ils mangent

Les parents comme vous pouvez le constater, mentent à leurs enfants pour les amener à manger. C’est une astuce qui marche très souvent surtout si l’on connaît le point faible de son enfant. Un enfant qui adore par exemple prendre du yaourt. Si un parent voudrait l’amener à faire quelque chose, il peut dire : faire ceci après quoi je t’amène du yaourt. Et puisqu’il ne voudrait pas manquer son yaourt préféré, il obtempère.

Se faire obéir

Pour se faire obéir, est également une des raisons qui poussent beaucoup de parents à mentir à leurs enfants. Une étude l’a encore confirmé, 98 % des parents chinois mentent aux enfants contre 84 % des géniteurs américains. Mais, justifient-ils, c’est pour se faire obéir donc pour la bonne cause uniquement. Cependant, il faut savoir le faire pour ne pas perdre la confiance des enfants.

Les conséquences du mensonge sur les enfants

Les parents ne mesurent pas toujours les conséquences de leurs mensonges sur leurs enfants. Le premier effet est la perte de confiance de l’enfant envers ses parents. Lorsqu’il se rend compte que son parent ment, il perd immédiatement cette relation privilégiée qui devrait le lier à lui pour toujours.

Le deuxième impact négatif découle du premier : l’enfant apprend à mentir lui aussi et sera plus tard capable d’inventer des histoires qu’il pensera être vraies. Il peut aussi développer un problème psychologique, comme la peur ou encore une anxiété généralisée.

Selon certains psychologues, les enfants ont tendance à faire confiance aux adultes, spécialement lorsqu’ils sont jeunes, âgés entre 1 et 5 ans. Le mensonge pourrait créer chez eux un sentiment d’abandon ou même causer des troubles comportementaux.

Certains auteurs avancent que l’enfant pourrait croire au mensonge pendant longtemps jusqu’à ce qu’il grandisse et prenne conscience que tout cela était faux. Ce qui aura pour effet de briser sa relation avec ses parents quand bien même ces derniers ont agi pour leur bien-être ou pour éviter une situation difficile.

Donc, dans notre article sur « pourquoi les parents mentent parfois à leurs enfants », nous pouvons remarquer que si les intentions peuvent être nobles (protéger son enfant), il faut savoir doser le niveau d’honnêteté dans nos propos afin de ne pas instaurer une distance indélébile entre soi et son enfant. Trouver un équilibre entre protection et vérité est essentiel pour préserver la confiance en soi-même et celle de son enfant.

Comment éviter de mentir à son enfant tout en le protégeant ?

Pour éviter de mentir à son enfant tout en le protégeant, les parents peuvent opter pour une communication honnête et adaptée. Il faut utiliser des expressions positives et rassurantes pour aborder un sujet difficile. Par exemple, au lieu de dire que grand-papa est mort, on peut expliquer qu’il est parti rejoindre les étoiles, ce qui permettra à l’enfant de mieux comprendre et accepter cette perte.

Il faut aussi savoir être clair sur ses intentions. Si vous avez besoin de parler d’une situation stressante avec votre enfant (comme une maladie), il faut lui expliquer pourquoi cela doit être discuté maintenant et quelles seront les étapes suivantes. Vous pouvez aussi offrir des suggestions sur la manière dont ils peuvent aider s’ils sont intéressés.

Il ne faut jamais oublier qu’un parent a un rôle de guide auprès de son enfant : accompagner leur développement en leur apprenant comment faire face aux problèmes plutôt que fuir devant eux.

Si vous pensez toujours qu’il vaut mieux mentir dans certaines situations difficiles ou complexes pour éviter d’alarmer votre enfant, pensez-y encore une fois ! Les enfants ont tendance à ressentir intuitivement lorsqu’on essaye de leur cacher quelque chose ou quand nous sommes stressés et inquiets. Nous devons donc rester transparents afin d’établir une relation de confiance avec eux.

Pour éviter de mentir à son enfant tout en le protégeant, il suffit d’être transparent et honnête dans la communication. En choisissant les mots justes et en adaptant notre discours selon l’âge et la maturité de notre enfant, nous pouvons maintenir une relation saine et positive basée sur la confiance mutuelle.

ARTICLES LIÉS